PEQ – PVTiste ou conjoint de…. la nouvelle loi sur l’immigration peut vous intéresser

Accéder à la résidence permanente au Québec après un permis de travail est l’objectif de nombreux étrangers.

Au Québec, ce statut s’obtient par l’obtention du Certificat de Sélection du Québec (CSQ), puis de la résidence permanente. Le PEQ – Programme de l’Expérience Québécoise est souvent vu comme le Graal pour obtenir le CSQ, à tout le moins pour les francophones, tant les formalités sont sous ce programmes sont simplifiées et les délais raccourcis.

Jusqu’à présent, le PEQ faisait la part belle aux travailleurs occupant des postes qualifiés : ingénieurs, webdesignerdeveloper, soudeur, infirmier et tous ceux classifiés O, A ou B par la Classification nationale des professions.

La réforme du PEQ

La réforme en vigueur au 2 août élargit les conditions d’accès au PEQ, en l’ouvrant à tous les emplois salariés, sans distinction. Des emplois tels que serveurs, réceptionnistes, commis de bureau, vendeurs de commerce au détail, hier exclus, donnent désormais accès au PEQ. Autant dire qu’une fenêtre de ciel bleu s’ouvre pour nombre de Pvtistes ayant occuper de petits jobs pendant la durée de leur permis.

Les critères de base sont maintenus et inchangés : à savoir de justifier de 12 mois en emploi à temps plein, comme salarié, et non propriétaire d’entreprise, au cours des 24 derniers mois et prouver un niveau de connaissance avancé du français oral.

Autre fait saillant : les conjoints ou conjointes de travailleurs qualifié(e)s pourront désormais faire valoir leur expérience de travail, cumulée sur la base d’un permis de travail ouvert et monter un dossier de PEQ en leur nom.

Une belle porte ouverte pour les conjoint(e)s ayant une année d’expérience au Québec et qui vivent une séparation, ou, dont le/la conjoint(e) titulaire du permis principal avait un permis de travail comme entrepreneur et ne pouvait recourir au PEQ.

Par cette réforme, les autorités lancent ainsi un signal fort quant au souhait de favoriser la rétention des francophones au Québec.

Au moment d’écrire ces lignes, la nouvelle trousse de demande pour accéder au programme n’est pas encore disponible. Un billet suivra pour les modalités de ce PEQ renouvelé.

Employeurs : devez-vous parler du PEQ à vos salariés étrangers ?

Un permis de travail est par nature temporaire. Pas d’exception à la règle : à l’issue du permis initial ou des renouvellements successifs, votre salarié devra retourner dans son pays de citoyenneté…à moins d’avoir enclenché les démarches pour la résidence permanente.

Ouvrez ses horizons : parlez-lui du PEQ

Savez-vous lire un permis de travail ?

Une erreur commune des travailleurs étrangers est de ranger trop vite leur permis de travail dans le passeport et de ne pas en vérifier toutes les mentions. Voilà pourquoi.