Une avocate en immigration vous partage son expérience et quelques conseils pour vous établir outre-Atlantique sereinement, même en temps de COVID-19. Entretien avec Me Natacha Mignon, Franco-canadienne et associée d’Immétis.


Quel serait votre premier conseil à une personne qui souhaite s’expatrier au Canada ?

Avant tout, je recommande aux futurs immigrants de se renseigner sur les différents programmes existants pour s’installer au pays de la feuille d’érable. Je rencontre tellement de familles ayant perdu de précieux mois, voire des années, simplement parce qu’elles n’ont pas suivi la voie adaptée à leur situation. One size fits all, cela n’existe pas en immigration.

Quel est votre rôle ?

Mon rôle consiste à cerner le projet de mes clients, à évaluer leurs options en fonction de plusieurs critères tels que l’expérience professionnelle, l’âge, la connaissance du français et de l’anglais pour leur recommander le meilleur programme. Je m’occupe ensuite de la préparation de leur dossier de A à Z et demeure à leurs côtés jusqu’à la délivrance de leur visa. En France, le recours à l’avocat peut faire peur. Ici, nous sommes parmi les seuls professionnels habilités à conseiller dans ce domaine !

Quelle province choisir ?

Si le Québec reste une destination de choix pour les Français, les autres provinces méritent d’être mieux connues, au vu des opportunités d’immigrer qu’elles réservent aux francophones, et souvent dans des délais records ! Par exemple, la voie de l’Entrée Express, pour s’installer hors Québec, promet une immigration en six mois. Un argument qui incite à s’y intéresser de près !

Concrètement, quel type de demande prenez-vous en charge ?

Toutes. Je peux citer les demandes de permis de travail, de permis d’études, de parrainage, ou encore de résidence permanente pour les travailleurs qualifiés, pour les entrepreneurs ou pour les investisseurs.

Justement, est-ce qu’investir permet d’obtenir facilement un visa ?

Tordons le cou à une idée reçue : investir dans un appartement à Montréal ne vous donnera aucun privilège pour obtenir un statut. En revanche, il existe des programmes intéressants au Québec, ou dans d’autres provinces, pour les personnes qui souhaitent entrer au pays comme investisseur ou comme entrepreneur, tels que le Start-up visa ou le volet entrepreneurial du Nouveau-Brunswick. Ces programmes mènent à la résidence permanente : ils sont habituellement sujets à des critères de ressources et d’investissement à analyser de près.

Quel type de clientèle servez-vous ? 

Le cabinet est un leader dans l’accompagnement des Français souhaitant investir, entreprendre, travailler ou étudier au Canada. Nous assistons également de nombreuses sociétés dans la préparation des demandes de permis de travail, mais aussi en matière de mobilité et recrutement via notre plateforme immijob.com.

Qu’est-ce qu’Immijob ?

La mission est simple : mettre en relation les personnes souhaitant s’installer au Canada et y trouver un emploi, avec des employeurs canadiens recrutant à l’international. Nous facilitons leur rencontre en identifiant leurs options pour s’expatriation.

Quels sont les plus d’Immétis ?

La communication avec nos clients est au coeur de nos priorités. L’efficacité et la rapidité d’exécution sont aussi des engagements forts du cabinet, autant que la passion pour le domaine de l’immigration qui anime tous les membres de l’équipe !


Le présent article contient de l’information générale en matière d’immigration, vise à en vulgariser les termes, et ne constitue en aucun cas un avis juridique. Pour obtenir un avis juridique complet, contactez nos professionnels.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :