À la rencontre de l’équipe Immétis : Me Gabriel Faribault

Originaire de Montréal, Gabriel est le seul avocat (au masculin) de l’équipe Immétis ! Il exerce au cabinet en tant qu’Avocat en immigration.



Détenteur d’un baccalauréat en droit de l’Université Laval et ancien sprinteur de haut niveau, Gabriel a su combiner avec succès ses études et sa carrière sportive. Dans le cadre de son parcours d’étudiant-athlète, Gabriel a représenté l’équipe d’athlétisme du Rouge et Or de l’Université Laval à de nombreuses compétitions provinciales et nationales.

L’accès à la justice au cœur de ses priorités

Parallèlement à ses études, Gabriel a participé à plusieurs initiatives dans le domaine juridique. Ayant à cœur l’accès à la justice, Gabriel a agi comme bénévole pour le Bureau d’information juridique de son université où il renseignait des citoyens sur l’état du droit en lien avec leur situation. Il s’est également impliqué en tant qu’assistant de recherche auprès de la Clinique de droit international pénal et humanitaire.

Après avoir réussi la formation de professionnelle de l’École du Barreau, Gabriel a entamé sa carrière en droit comme stagiaire auprès de l’étude Pepper et Associés, où il a eu l’occasion de travailler dans de nombreux domaines de pratique.  

La passion de l’immigration

Suite à son assermentation comme avocat en février 2018, Gabriel a rejoint les rangs du cabinet Jobin Beaudoin Avocats où il s’est spécialisé en litige civil et commercial. Pendant plus d’un an, Gabriel a représenté des entreprises et des particuliers devant les tribunaux de droit commun et administratifs. En parallèle, il y découvre le domaine de l’immigration en assistant des clients dans des dossiers de parrainage. Cette découverte s’est rapidement transformée en véritable passion.

Les opportunités professionnelles en droit de l’immigration étant plus nombreuses à Montréal, il décide finalement de retourner dans sa ville natale pour y rejoindre Immétis.

Un collaborateur indispensable

Gabriel est aujourd’hui un collaborateur indispensable du bureau, étant en charge à lui seul de plusieurs entreprises ayant recours au recrutement à l’international. Gabriel prend ainsi en charge majoritairement des dossiers d’immigration temporaire : études d’impact sur le marché du travail et préparation complète de permis de travail pour de nombreux talents internationaux. Il assiste également des particuliers dans le cadre de leur projet d’immigration permanente via les divers programmes des gens d’affaires.


Sa vision de l’immigration ?


Pour retrouver Gabriel sur LinkedIn : Gabriel Faribault


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :

À la rencontre de l’équipe Immétis : Me Chloé Blouin-St-Gelais

Dernière avocate à avoir rejoint Immétis, Chloé est Avocate en immigration.


Me. Chloé Blouin-St-Gelais, Avocate en immigration chez Immétis
Maître Blouin-St-Gelais, Avocate en immigration chez Immétis

L’expertise de Chloé chez Immétis

Chloé prend principalement en charge des dossiers d’immigration temporaire, à savoir la préparation d’EIMT pour des entreprises recrutant des talents à l’international, ainsi que la préparation complète des demandes de permis de travail pour ces mêmes talents. Au besoin, Chloé peut également s’occuper de dossiers d’immigration permanente.

Son parcours

Originaire de Sherbrooke, au Québec, Chloé affiche un parcours aussi brillant qu’atypique. Alors qu’elle a étudié la musique jusqu’au Cégep, Chloé a développé un intérêt grandissant pour la politique, l’histoire, les langues et le droit à la fin du secondaire.

Elle décide alors de s’orienter vers un baccalauréat, effectué à l’Université Laval, en études internationales et langues modernes, avec une majeure en espagnol. Cette formation va lui donner l’opportunité de vivre toute une année en Espagne, dans la ville de Grenade, aussi connue sous le nom de Granada.

La découverte de l’Europe n’a fait que renforcer l’intérêt de Chloé pour le droit, notamment le droit européen et international. Elle cherche alors à orienter sa carrière dans ce domaine et décide de se lancer dans un second baccalauréat en droit, cette fois-ci à l’Université de Sherbrooke.

De nombreux engagements associatifs

Durant ce second cursus, Chloé s’est beaucoup impliquée dans l’associatif.

Elle a notamment été présidente du Conseil d’Administration de la Simulation du Parlement européen Canada-Québec-Europe (SPECQUE) dont les activités se déroulent tant au Canada qu’en Europe. La SPECQUE a été créée en 1998 par des étudiants de l’Université Laval, dans le but de mieux comprendre le fonctionnement des institutions européennes et les grands enjeux de l’UE. Elle affiche des valeurs telles que la francophonie et la diversité, valeurs que Chloé retrouve dans le domaine de l’immigration.

En parallèle, Chloé s’est également investie dans le C.A de l’équipe ENACTUS de l’Université de Sherbrooke. Présente dans plus de 37 pays, ENACTUS est une communauté d’étudiants, d’universitaires et de chefs d’entreprises visant à améliorer la société par l’entrepreneuriat social.

En début de carrière Chloé a exercé à la Commission de l’Immigration et du Statut de Réfugié, puis en cabinet d’avocats en immigration, lui permettant de découvrir les différents pendants du domaine : immigration économique et réfugiés; organisations publiques et pratique privée.

Rejoindre Immétis était donc une évidence, lui permettant d’allier son intérêt de l’immigration à sa profession d’avocate.


Sa vision de l’immigration ?


Pour retrouver Chloé sur LinkedIn : Chloé Blouin-St-Gelais


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :

À la rencontre de l’équipe Immétis : Claire Méry


Récemment arrivée chez Immétis, Claire est venue compléter l’équipe en tant que Chargée de conformité.


Claire Méry

En charge de la tenue du bureau, Claire veille au quotidien au respect de nos politiques internes. Dotée d’un grand sens de l’organisation et très minutieuse, Claire est la garante du bon déroulement de toutes les demandes, en assurant un suivi rigoureux.

Après une licence (baccalauréat) en droit de l’entreprise effectuée à Nancy, en France, Claire a poursuivi ses études par un master (maîtrise) en droit des affaires à Toulouse, puis à Reims en deuxième année. Elle a débuté sa carrière dans un cabinet comptable, avant de rejoindre Immétis à son arrivée au Canada. Le parcours de Claire illustre parfaitement bien sa mobilité et sa capacité d’adaptation.

Elle-même immigrante, Claire a souhaité évoluer dans le domaine de l’immigration pour accompagner familles, jeunes professionnels ou encore étudiants dans tous leurs projets, en leur offrant un accompagnement de qualité, dans un environnement de confiance.

Pour Claire, le Canada est un pays d’opportunités, riche de par sa culture, son bilinguisme et les nombreuses nationalités qu’il rassemble.


Sa vision de l’immigration ?

Pour retrouver Claire sur LinkedIn : Claire Méry.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :

Promouvoir l’immigration francophone, un défi


J’assistais récemment à un congrès dans la région de Toronto, lequel regroupait les principaux organismes voués à l’intégration des francophones en Ontario. Durant l’événement, j’ai eu une pensée pour Denise Bombardier dont la question « Existe-t-il une vitalité francophone à l’extérieur du Québec ? » a suscité beaucoup de remous un peu partout au pays.

Madame Denise Bombardier aborde aussi la question de l’immigration francophone qui pourrait venir grossir les rangs des francophones hors Québec. À ce jour, aucune province n’a réussi à atteindre les cibles fixées par le gouvernement fédéral pour l’immigration francophone.


Un déclin pourtant bien réel

Pas convaincu du déclin de la francophonie hors Québec ?

Au Canada hors Québec, la part de la population s’exprimant en français à la maison est passée de 4,3 % en 1971 à 2,3 % en 2016. Cela signifie que, pendant que la population du Canada (hors Québec) augmentait de près de 72 %, celle des francophones hors Québec diminuait de plus de 8 %, creusant un indéniable gouffre de décroissance des francophones.

Les Franco-Ontariens représentent en nombre absolu la plus grande communauté de francophones du Canada après celle du Québec. Pourtant, nous ne sommes que 4,1% de la population, d’après le recensement de 2016.


Les solutions

Il serait intellectuellement malhonnête d’affirmer que les Gouvernements du Canada et de l’Ontario ne font rien pour renverser la tendance. Au niveau fédéral, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) a mis en place le programme de mobilité francophone, permettant notamment d’obtenir un permis de travail plus facilement. De plus, des points supplémentaires sont octroyés aux francophones dans le cadre du programme de l’Entrée express.

L’Ontario n’est pas en reste. La province a mis en place un volet Travailleurs qualifiés francophones permettant à la province de sélectionner des immigrants francophones dans le cadre de son programme des nominés. Malgré ces mesures, l’immigration francophone demeure insuffisante pour croître.

Le principal problème est le manque de visibilité à l’étranger.

En immigration comme en affaires, le marketing est important. L’Ontario doit vendre ses mérites aux immigrants francophones directement à la source. Québec est la seule province à réellement déployer des efforts importants à ce niveau. Lorsque nous participons à divers événements de promotion de l’immigration en France notamment, seul le Québec est toujours présent.

L’Ontario a beau compter sur de nombreux organismes voués à l’intégration des francophones, sans de plus grands efforts de promotion à l’étranger de l’Ontario comme destination pour les immigrants francophones, le nombre d’immigrants de langue française risque de demeurer ce qu’il est actuellement, assurant un déclin de notre poids démographique.

L’événement Destination Canada est un excellent exemple de promotion de l’immigration francophone à l’étranger. Il s’agit d’un événement annuel organisé par le gouvernement du Canada à Paris et à Bruxelles qui permet de mettre en contact des employeurs et des institutions canadiennes avec des candidats francophones qualifiés.

Ce type d’initiative doit être plus fréquent un peu partout dans la francophonie. Pour cela, il faut un budget et un travail de coordination entre le Gouvernement de l’Ontario et les divers organismes et villes francophones.

On pourrait imaginer un salon de l’immigration francophone en Ontario dans les principales villes francophones du monde. Un beau projet qui ne demande qu’à être lancé…


Par Marc-André RANGER, Associé chez Immétis


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :

Contactez-nous

  • E-mail
  • Téléphone
    1 514-446-1940
  • Adresse (inclure le pays)
    Montréal
    2727, rue Saint-Patrick
    Montreal, QC, H3K 0A8

    Toronto
    2201-250 Yonge Street
    Toronto, ON, M5B 2L7